Collège et école privés Mercier Saint-Paul
http://mercier-st-paul.fr/Presentation-du-club-de-lecture
          Présentation du club de lecture

Présentation du club de lecture


Le Club Lecture est né d’une envie commune de partager le goût de lire.
Ainsi, chaque mois, de janvier à juin, se réunissent les élèves volontaires de 6e auprès de Mme Fella, professeur documentaliste, et de Mme Labbat, professeur de Lettres, qui co-animent ces ateliers avec enthousiasme.

JPEG - 1.5 Mo

Pour qui ? Elèves volontaires de sixième.

Quand ? Six rencontres mensuelles (de janvier à juin ) le lundi midi de 12h50 à 13h40 au CDI.

=> Lundi 23 janvier.
=> Lundi 20 février.
=> Lundi 6 mars.
=> Lundi 24 avril.
=> Lundi 15 mai.
=> Lundi 12 juin.

Objectifs :

- Offrir à chacune et à chacun la possibilité d’appréhender la lecture de manière ludique
- Donner le goût de lire
- Favoriser un lien privilégié entre la lecture et l’ouverture à autrui et au monde
- Mettre en valeur les avis des élèves quant aux œuvres lues
- Amener les élèves à fréquenter régulièrement le CDI

Première rencontre - lundi 23 janvier : LA DIFFERENCE.

“J’aime beaucoup ce livre car il peut exprimer la différence entre nous tous et le fait qu’on ne doit pas juger une personne sur son apparence, ou son physique, ou même un défaut de son visage.
Slibuth, je trouve que c’est un nom assez drôle et assez bizarre. J’ai compris que cette histoire pourrait se passer dans le futur. Je n’ai pas aimé quand le garçon s’est moqué de la Slibuth.
Ce n’est pas parce qu’on a physique laid qu’il faut se décourager. J’ai envie qu’il y ait une suite pour ce livre car il est très passionnant et je ne trouve pas la Slibuth si laide que ça. J’aime beaucoup la manière d’agir et la façon de vivre des Slibuths. Je les trouve assez intéressantes.”
Dalia Vissoh, 6°3

1. La différence
Ce qui compte, ce n’est pas la beauté extérieure mais c’est la beauté intérieure. Le caractère fait aussi partie de la beauté intérieure. Peu importe si nous n’avons pas les mêmes origines, couleurs de peau, nous sommes tous pareils et nous nous aimons tous !

2. La violence ne résoud rien
Dans le livre, le jeune homme et son amie tapent leur camarade parce qu’il se moque des Slibuths. Même si leur camarade n’a pas été très gentil en prononçant ses paroles, ils n’auraient pas dû s’énerver ou le frapper car la violence ne résoud rien !

3. Notre avis
Ce livre est très intéressant car il parle surtout de la différence. Nous conseillons fortement ce livre aux personnes qui se font harceler et aux personnes qui n’ont pas l’habitude de lire.”

Hajar Boutemmit, 6°1 - Janelys Bobiet, 6°2

JPEG - 429.9 ko

Emma Gandon

Deuxième rencontre - lundi 20 février : SIESTE LITTERAIRE sur le thème de « la tolérance ».


-  Treize élèves ont participé à une sieste littéraire d’une durée de cinquante minutes sur le thème de la tolérance.
-  Les élèves se sont allongés dans le CDI sur des tapis de yoga, outre de petits coussins mis à disposition, et ont écouté le livre audio de « La Femme du bouc émissaire » d’Agnès Desarthe dans la pénombre.
-  De nombreux élèves ont fermé les yeux, sinon se sont mis à somnoler. Une expérience inédite pour ces jeunes élèves qui, nous l’espérons, leur aura permis de faire une pause riche en imagination.

Troisième rencontre – lundi 6 mars : L’AMITIE.

« J’ai bien aimé l’illustration car cela nous donne envie de lire et les couleurs ont un rapport à la colère. J’ai aussi bien aimé la fin car les personnages se sont réconciliés. »
Hajar Boutemmit, 6e1

« Je n’ai pas apprécié l’histoire car je n’aime pas les disputes en amitié. Quand on se dispute, on ne se parle plus et notre parole disparaît. »
Imane Alem, 6e1

« L’histoire d’un bébé et quel bébé ! Enfin, il est particulier puisque il ne fait que hurler et pleurer. Il inquiète ses parents qui sont fermiers. Ils ont même tenté de contacter un exorciste… Moi, j’ai aimé le début où le bébé et le poulain naissent. Il n’y a rien qui m’a déplu. Je vous conseille de le lire. »
Dalia Vissoh – 6e3

JPEG - 142.2 ko

Quatrième rencontre - lundi 24 avril : LE RÊVE.

JPEG - 583.4 ko

“Résumé :
C’est l’histoire d’une fille qui s’appelle Georgia. Elle fait beaucoup de rêves. Elles’est créé une vie dans sa tête avec ses rêves. Mais, un jour, elle fait la découverte du violon. Elle abandonne ses rêves pour le violon. Comment vont-ils réagir ?

Mes impressions de lecture :
Je n’ai pas aimé le livre car il y avait trop de chansons. Il y a plus de chants que d’histoire.”
Lina Descamps, 6e1

“Georgia est une fille qui a du mal à se séparer de ses rêves !Moi, j’ai aimé le livre car il y avait plus de chansons que de paroles et j’ai aimé la manière dont Georgia chante car elle a une très belle voix. Je vous conseille de le lire. C’est l’histoire d’une petite fille qui est à la recherche de son destin et qui essaye de conserver ses rêves. Je lui donne 16/20.

Voici un avant-goût du livre :Georgia est une fille qui a du mal à se séparer de ses rêves… Vous verrez la suite en lisant le livre !”
Imane Alem, 6e1

Cinquième rencontre - lundi 15 mai : LA SOLIDARITÉ.

“Résumé :
« Mo, sans T, est un grand bonhomme en forme de point d’exclamation. Il est gardien, bien connu du quartier… Autour de lui, pendant les trois premières doubles pages, des arbres, des gens - jeunes en scooter ou au foot, petits au bac à sable, personne âgée avec canne et longue robe blanche - , des immeubles, des espaces partagés, un environnement visiblement urbain, mais pas de mots avec T. Ceux-ci arrivent avec le facteur, normal ! Et les lettres des bâtiments suivent celles du facteur, mais Mo n’a pas ses lunettes. Pas grave, nous partons vers le bâtiment A et croisons des gens en forme de A , mais sans mots… Il faut ensuite régler une histoire de colis échangés, puis un problème de tags, puis affronter des piles de papiers qui s’amoncèlent… Et puisil faut encore écrire pour la dictée des légumes… On comprend bien que lettres et mots embarrassent Mo et le font souffrir. Mais peut-être est-ce son tour de faire appel à l’esprit d’entraide et de solidarité qu’il a défendu tout au long de cet album ? Car la question de la lecture, de l’illettrisme, du handicap social que cela représente est associée à des thématiques positives, bien dans l’air du temps, comme le lien social, le dialogue intergénérationnel et interculturel, les jardins partagés et tous ces systèmes d’entraide et d’échange qui recréent ce fameux lien social dont il est tant question aujourd’hui.Une jolie histoire très actuelle donc, remarquablement illustrée par Simon Bailly, major de la promo2016 à l’Ecole Supérieure d’Art de Lorraine, dont c’est le premier album. On peut s’amuser à débusquer les lettres plus ou moins cachées parmi les piles de papiers ou déguisées en personnages, eux-mêmes vêtus de lignes ou de carreaux rappelant les cahiers d’écriture. Et lorsqu’il a enfin dompté ces lettres et ces mots, « Mo est plus léger. Mo est plus libre ». »

Laurence Leffèbvre, dirigeante et responsable du Centre de Littérature de Jeunesse AndréCanonne (Belgique)

Sixième rencontre - lundi 12 juin : LA LECTURE.

JPEG - 1.3 Mo

“Résumé :
« Émerveillé, Jaime contempla les arbres à livres. Il y en avait des centaines. Leurs troncs,fins et réguliers comme des crayons gé ants, mesuraient une dizaine de mètres. Denombreuses branches pareilles à des baleines de parapluies, se déployaient à partir deleur cime. A leurs extrémités inférieures, suspendus à des tiges élastiques, des milliersde livre tournaient légèrement sur eux-mêmes, exécutant un étrange ballet silencieux. »

Extrait de A la poursuite du livre des secrets

« Jaime vit à Voyelle, capitale du royaume des mots. Pour avoir volé une pomme, cetenfant des rues, orphelin de surcroît, est condamné à mort par le roi qui lui propose dèslors un marché. Il laissera la vie sauve à Jaime si ce dernier parvient à lui ramener LeLivre des secrets. Afin d’échapper à la mort qui pèse sur sa tête comme une épée deDamoclès, le garçon accepte le marché, même s’il débute sa quête avec plusieurs « handicaps ». Primo, Jaime n’a aucune idée de l’endroit précis où ce livre se trouve.Deuzio, Jaime ne sait pas lire : comment alors identifier cet opus parmi tous les livres dontregorge la forêt des Arbres à livres ? Heureusement Jaime rencontre des personnageslors de son périple, lesquels vont, de plein gré ou malgré eux, aider le garçon à accomplirsa « mission ». Marque-Page, le fidèle compagnon crayonné du garçon, et Sara, la jolie etintelligente fille du gardien de Livres nommé Cadenas seront des aides pré cieuses dansles aventures et mésaventures au cours desquelles notre jeune héros prendra consciencedes dons qu’il possède et découvrira quel est son véritable destin.

Ce conte de facture traditionnelle dans sa construction emportera son lecteur dans un univers où l’imagination et la lecture priment. Très habilement et dans un style travaillé qui est lui propre, Eric Sanvoisin invente un lieu, des personnages qui lui permettent de filer la métaphore du livre. Les savoureux jeux de mots et références aux livres servent parfaitement la narration dans le sens où ce sont autant de « portes d’entrée » pour le lecteur vers ce monde imaginaire du royaume des mots. Suspense, rebondissements, émotions, tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce roman un succès de librairie ! »

Hélène Dargagnon, professeur de Lettres Modernes en collège à Cherbourg.

MERCI à l’ensemble des élèves d’avoir illuminé ce Club Lecture de leur présence !

JPEG - 476.7 ko

A l’année prochaine !

octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017