Un bol de riz en soutien au RCA

Cette année, les sœurs de Saint Paul de Chartes reverseront les bénéfices de l’opération bol de riz aux missions en République Centrafricaine (RCA).

Vendredi 3 avril nous avions prévu l’opération bol de riz au collège et au primaire, ce projet permettant de reverser environ 4 euros par repas aux sœurs de Saint-Paul.

 

Pour rappel :

Ancienne colonie française, la République Centrafricaine est un pays instable depuis plus de 60 ans. Depuis 2013 c’est aussi le berceau d’un conflit meurtrier, et l’armée n’a pas les moyens de rétablir la sécurité. 80% du pays est sous la coupe d’une quinzaine de groupes armées. Tout ceci explique que la pauvreté reste très élevée : plus de la moitié de la population a besoin de l’aide humanitaire, c’est un des pays les plus pauvres du monde. La mortalité maternelle est l’une des plus élevées du globe, tout comme le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans.

Dans ce contexte, les communautés de sœurs de Saint-Paul de Chartres continuent d’œuvrer au mépris des dangers et difficultés quotidiennes.

Communauté de Bangassou à 800 km plein Est de Bangui  depuis 1950

Dans ce diocèse, tous les véhicules des religieux ont été volés y compris celui des Sœurs. La terreur de la guerre a fait fuir toutes les communautés religieuses à l’exception de 3 sœurs de Saint-Paul qui ont préféré rester pour continuer d’aider la population locale.

Communauté de Boda et la maison des sœurs 200km Ouest de Bangui et Communauté de Boganangone à 20km de Boda.

La communauté a été littéralement envahi par les réfugiés qui dormaient à même le sol dans la maison; il y était impossible de poser un pied pour circuler! Mais la sœur infirmière présente a apporté un grand soutien médical et de réconfort particulièrement aux blessés de toute religion. Sur le site, on retrouve un dispensaire et une église ainsi qu’une école maternelle en dur «Notre Dame de Chartres».

Communauté de Fatima et l’école Notre Dame de Chartres à Bangui Ouest Depuis 1951

Cette paroisse se trouve à proximité immédiate du cœur et poumon de la guerre civile, le quartier Km5, où sont regroupés la plupart des musulmans et mercenaires de Centrafrique. Elle est donc très exposée et a subi de nombreuses fois, des attaques meurtrières. Malgré la frayeur quotidienne, les sœurs ont assuré l’accueil des migrants dans l’école pendant 4 ans. Sur le site on trouve actuellement un dispensaire et un centre de psychothérapie, l’école maternelle, primaire et le collège Notre Dame de Chartres ; et également la maison des novices (6 sœurs en 2020).

Communauté de Bossembélé au Nord-ouest de Bangui Depuis 1958

Situé sur la route principale de Bangui en provenance du Nord (d’où viennent les rebelles armés), cette zone s’est vidée de sa population parti se réfugier en brousse. La communauté a fait l’objet de nombreux pillages de ses œuvres tels que : l’école et le centre des handicapés. Le retour de sœurs dans cette localité a redonné courage et confiance à la population qui revient s’installer à nouveau, reconstruire les maisons détruites et tenter de reprendre la vie normale. Sur le site, on trouve un récent complexe scolaire maternelle / primaire / collège ainsi que le centre d’accueil handicap «Louis Chauvet».

 

Pour plus d’info : SPC en Centrafrique

 

A quoi vont servir nos dons ?